Bas les (sheet) masques !

Bas les (sheet) masques !

Comme certain(e)s d’entre vous, j’ai eu ma période « sheet masks ». C’était fun, ludique et promettait une pénétration boostée et un résultat flash. Bon… toujours avec un léger sentiment de dégoût (irrépressible) au moment où l’on sort le mask froid, gluant et dégoulinant de son sachet. Sans parler des 10 à 20 minutes passées clouée au lit sans bouger.

 

Les masques en tissu, la plaie


Et puis l’idylle a pris fin. L’envie de limiter les déchets dans mon quotidien est devenue plus pressante. Et les sheet masks sont devenus une aberration à mes yeux. Tous comme leurs cousins les patchs exfoliants ou les lingettes… tous ces gestes cosmétiques à usage unique nécessitant un suremballage. Parce qu’un sheet mask, souvent, c’est un masque dans un sachet dans une boîte dans un film plastique…


Polluant, vraiment ?

 

D’abord le masque est polluant. Et c’est amplifié par son usage unique. S’il est en coton ou biocellulose, c’est mieux (mais cela nécessite beaucoup d’eau à la fabrication), et la plupart du temps, ils sont en synthétique (nylon, microfibres de plastique, polyester). Ensuite, le sachet d’emballage est fait d’un mélange d’aluminium et plastique, souvent non recyclable (on piste le signe recyclage avec les deux flèches entrelacées pour le vérifier).

Le segment des produits à usage unique est malheureusement en plein boom : l’usage des lingettes croît de 15% chaque année, et le marché des masques devrait atteindre 50 millions de dollars en 2025 selon un article récent de Vogue. Ensuite, pour leur donner leur aspect gelifié, on les blinde souvent de silicones : ça aide aussi à donner cet aspect glowy à la peau pour prouver l’action flash.


On les remplace par quoi ?

 

#1 Si vous êtes un(e) inconditionnel(le) des sheet masks et ne pouvez pas vous en passez, privilégiez les masques biodégradables… c’est mieux, mais ça n’empêche pas le sachet pas recyclable.

 

#2 Sinon, on peut utiliser des tissus réutilisables que l’on applique sur une crème nourrissante, un sérum appliqué en couche épaisse. Cela permet d’avoir l’effet occlusif qui booste la pénétration.

 

#3 Si c’est, plus largement, l’action flash qui nous attire, on remplace son masque en tissu par un masque rinçable ou à laisser poser la nuit… et l’on peut même le fabriquer soi-même (recettes à venir sur ce blog !)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *