Acide hyaluronique : vous saurez tout sur lui

Acide hyaluronique : vous saurez tout sur lui

On dit de lui qu’il peut retenir 1000 fois son poids en eau. Apprécié de tous, l’acide hyaluronique se retrouve dans plusieurs blockbusters de marques de luxe : Advanced Génifique de Lancôme, Advanced Night Repair d’Estée Lauder, Moisture Surge de Clinique… Est-il surcoté ? D’où vient-il ? Que fait-il ? Je vous raconte.

 

Buzzomètre : 12/10

L’acide hyaluronique en 3 phrases

Il s’agit une molécule (glycosaminoglycane) naturellement présente dans notre peau et nos tissus conjonctifs. Son pouvoir ? Attirer l’eau comme un aimant et combler l’espace entre les cellules cutanées. Il gonfle la peau de l’intérieur pour lui donner un aspect hydraté, lissé, repulpé. Un allié de choc, sauf qu’il se fait plus rare dans notre peau lorsque nous prenons des années !

 

D’où vient-il ?

Sa découverte remonte à 1934 quand le Pr. Karl Meyer de la Columbia University aux États-Unis réussit à l’extraire d’yeux de vaches (oui, vous avez bien lu). On l’extraira ensuite dans la crête des coqs (vous lisez toujours bien). Fort heureusement, on utilise aujourd’hui une forme biosynthétique, obtenue par fermentation bactérienne de blé.

 

Quelle est la différence avec le hyaluronate de sodium ?

On lit souvent « hyaluronate de sodium », et non « acide hyaluronique », sur les listes d’ingrédients. Le hyaluronate de sodium est le sel de l’acide hyaluronique : moins cher, plus résistant à l’oxydation, mieux assimilable par la peau, il lui est souvent préféré.


Poids moléculaire : comment s’y retrouver ?

Le poids moléculaire, c’est l’unité de poids utilisée quand on parle d’une molécule. On le mesure en Daltons (Da). Il existe 3 types de poids d’acide hyaluronique :

  • Le haut poids (500k à 4 millions Da) : il reste à la surface de peau et joue un rôle d’hydratation barrière ;
  • Le bas poids (moins de 500k Da) : plus cher, il pénètre plus facilement et lisse davantage les rides ;
  • L’ultra-bas poids (moins de 50k Da) : certaines marques disent associer 3 types d’acide hyaluronique différents pour une pénétration optimale. Selon cette étude, l’acide hyaluronique à très bas poids moléculaire (moins de 20k Da) pourrait provoquer des inflammations : les peaux sensibles devront rester prudentes. 

On peut y aller les yeux fermés ?

Hormis de rare cas d’allergies, l’acide hyaluronique est considéré comme sans danger. Conseil : il vaut mieux l’appliquer sur peau humide. L’acide hyaluronique agit comme une éponge. A l’application, il « aspire » l’eau qu’il trouve dans l’air à la surface de la peau. Or, si l’on se trouve dans un environnement trop sec (pièce chauffée ou climatisée), l’éponge va boire l’eau qui se trouve dans la peau et l’assécher ! Effet contre-productif.

L’acide hyaluronique, à boire et à manger !

Selon cette étude, le fait d’ingérer de l’acide hyaluronique favorise sa production par notre corps et optimise la régénération cellulaire. Les aliments naturellement riches en acide hyaluronique sont le poisson, les viandes maigres, le soja fermenté, les légumes à feuilles, les pommes de terre ou l’avocat.

 

Sources : Journal of Clinic and Aesthetic DermatologyJournal of drugs in dermatologyInternational Journal of Aging & Clinical ResearchThe New York TimesThe Cut.

 

Par Andrew Su.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *